OM : enfin l’heure de l’avènement pour Duje Caleta-Car

om-enfin-lrsquoheure-de-lrsquoavenement-pour-duje-caleta-car

Le jour de la finale de la Coupe du Monde (victoire de la France sur la Croatie quatre buts à deux), nous vous révélions en exclusivité le transfert de Duje Caleta-Car du Red Bull Salzbourg à l’Olympique de Marseille contre une vingtaine de millions d’euros. En grandes difficultés en début de saison, il s’impose désormais comme le titulaire aux côtés d’un autre jeune joueur de l’OM, Boubacar Kamara. Retour sur le début d’aventure d’un vice-champion du Monde en Phocée.

Lancé par Rudi Garcia lors de la 2e journée contre Nîmes, son manque de rythme et sa lenteur sautent aux yeux et, comme sa formation, il coule dans le Gard (1-3). Titulaire face à l’Eintracht Francfort (1-2), puis contre l’OL (2-4), contre qui il écope d’un carton rouge, et enfin face à l’Apollon Limassol (2-2), l’ancien du Red Bull Salzbourg n’aura pas connu la victoire dès ses débuts en temps que titulaire. Peut-on alors estimer qu’il a été mal lancé par Rudi Garcia ? « Je savais qu’il y aurait un temps d’adaptation, car il a joué en pro seulement en Autriche. L’expérience du haut niveau il l’a côtoyé seulement en Europa League. Rudi Garcia ne l’a pas non plus lancé dans les meilleures conditions. Je ne pensais pas qu’il aurait de si gros problèmes. Après, il n’a pris « que » 6 mois à s’adapter », nous explique Pierre Gorce, étudiant en journalisme à l’EDJ Nice et en charge du compte twitter du Red Bull Salzbourg en France.
Garcia a été trop vite mais n’avait pas vraiment le choix
Matthieu, supporter de l’OM, abonde en ce sens : « oui et non. Tu le prends dans un contexte où il sort d’un mondial réussi (même s’il joue peu, ndlr), il est jeune, il ne connaît pas la langue. Toi tu démarres une saison ou tu dois absolument finir sur le podium. On n’avait pas « le temps ». Après je pense quand même que Garcia le crame en le lançant à Nîmes. Puis derrière sur des matches compliqués. Mais c’est peut-être tout ça aussi qu’il fait qu’il est bon aujourd’hui ». En début de saison, il convenait aussi d’expliquer que Rudi Garcia n’avait pas vraiment le choix.

Bien que n’ayant pas joué une seule minute en Coupe du Monde, Adil Rami n’était pas prêt, Rolando n’était pas encore revenu de blessure. Le coach phocéen n’avait pas d’autre choix, sauf aligner encore Luiz Gustavo à Boubacar Kamara, que de le pousser sur le devant de la scène. À tort visiblement. « Tout dépend de qui on parle par « on ». Il n’a pas été à la hauteur au départ tout simplement parce que Rudi Garcia l’a lancé trop tôt, à Nîmes, alors qu’il avait repris l’entraînement depuis moins de deux semaines. Il a logiquement raté ses débuts puis n’a eu sa chance qu’à de trop rares reprises et a été envoyé dans des galères, comme à Francfort »,

 » Lire la suite de l’article sur le site d’origine – footmercato.net

error: Content is protected !!