PSG – Nantes : les notes du match

psg-–-nantes-:-les-notes-du-match

Privé du choc face à l’AS Monaco dimanche dernier en raison des intempéries sévissant sur la Côte d’Azur, le Paris Saint-Germain retrouvait le championnat ce mercredi soir à l’occasion de la réception du FC Nantes. Une rencontre marquée par plusieurs absences. Marco Verratti, Ander Herrera et Presnel Kimpembe côté parisien, Marcus Coco, Kalifa Coulibaly, Fabio, Abdoulaye Touré et René Krhin côté nantais. L’objectif des deux équipes était très clair. Le PSG souhaitait remettre l’Olympique de Marseille à distance (les Phocéens n’avaient que deux points de retard, mais deux matches en plus), alors que les Canaris souhaitaient confirmer leur succès à domicile contre Toulouse après cinq matches de L1 sans victoire.

Pour la première fois de la saison, Thomas Tuchel a pu aligner d’entrée le duo Neymar-Mbappé. L’Allemand n’a toutefois pas voulu mettre ses quatre fantastiques ensemble et a laissé Mauro Icardi sur le banc, aux côtés d’un Edinson Cavani plus que jamais remplaçant de luxe. Paris a fait tourner le cuir, balançant les Nantais dans la largeur du terrain, sans pour autant se créer de grosses occasions. Mbappé s’est souvent retrouvé esseulé devant la défense adverse pendant que Neymar et Di Maria forçaient les percées individuelles au lieu de jouer à une touche de balle. L’action où Neymar se retrouve plein axe, aux abords de la surface, et choisit d’y aller tout seul alors que Di Maria était disponible sur le côté droit en est le parfait exemple (16e).
Paris fait la différence mais ne convainc pas
Le PSG ne jouait pas juste, les trois de devant ne se sont pas beaucoup trouvés. Beaucoup de déchets techniques et un jeu bien trop lent pour déstabiliser le bloc nantais très bien organisé. En face justement, Nantes a très bien couvert les espaces et lorsqu’il a fallu sauver les meubles, Girotto a su répondre présent face à un Neymar qu’il n’a pas lâché. L’international auriverde a d’ailleurs signé une première période bien triste. 33 ballons touchés, 0 dans la surface nantaise après 33 minutes de jeu, la statistique fait mal. Il pensait quand même s’en sortir avec ses rares éclairs de génie sur une reprise victorieuse du gauche, finalement annulée par la VAR (41e), et dans un face-à-face avec Lafont mal négocié (45e 2). Autant de couacs qui a finalement provoqué un fort agacement chez les Parisiens à la pause.

Au retour des vestiaires, les Parisiens ont décidé de se mettre enfin à jouer en équipe, avec du jeu en une touche de balle. Résultat, on en a plus vu en sept minutes après la pause que lors des 45 premières minutes. Sevré de munitions jusque-là, Mbappé a profité de l’altruisme retrouvé de ses coéquipiers pour se distinguer avec deux tentatives (47e, 50e), avant d’ouvrir le score pour Paris en concluant d’une Madjer un centre de l’extérieur du gauche de Di Maria (1-0, 52e). On pensait alors que la machine rouge et bleu était enfin lancée. Mais il faut croire que ces dix minutes de haute intensité ont suffi aux Parisiens.

 » Lire la suite de l'article sur le site d'origine – footmercato.net

error: Content is protected !!