Johnny Ecker : « j’ai échangé le maillot avec Ronaldo et je l’ai mis, je me suis dit que j’allais me faire défoncer… »

johnny-ecker-:-«-j’ai-echange-le-maillot-avec-ronaldo-et-je-l’ai-mis,-je-me-suis-dit-que-j’allais-me-faire-defoncer…-»

Foot Mercato : bonjour, Johnny Ecker, comment allez-vous ?

Johnny Ecker : eh bien, ça va bien merci ! Un peu occupé depuis que j’ai créé le club, de bonnes échéances sont arrivées. Le plus important, la santé, ça va ! Et je continue à transmettre la passion aux enfants et c’est ce qui m’importe le plus puisque j’ai appris comme ça en étant petit. Redonner toute cette expérience acquise, au fil des années, à ces garçons, c’est super sympa de la faire.

FM : ça fait combien de temps que vous avez créé le club ?

JE : ça va faire quatre ans et demi et là on termine notre cinquième année. On est 320 licenciés, on a toutes nos équipes au plus haut niveau régional, on vient de signer un partenariat avec l’OM, on en a un avec Montpellier. On travaille bénévolement et j’ai une équipe très compétente et très passionnée autour de moi. C’est ce qui nous fait avancer au quotidien.

FM : vous ne vous êtes pas trop éloigné des terrains…

JE : non, justement, je suis tous les jours sur le terrain. Je suis éducateur U10 et U16. Et quand toutes les équipes sont sur le terrain et que je n’ai pas entraînement, j’y suis aussi pour discuter, apprendre, être proche d’eux pour les rassurer, les corriger et faire en sorte que tout aille bien.

FM : ça a été une évidence de rester dans le foot ?

JE : non, pas du tout (rires). Déjà ma fin de carrière ça s’est mal fini avec trois opérations de la cheville. Je ne voulais pas trop rentrer dans le monde amateur, mais j’y suis allé par l’intermédiaire d’un ami. J’ai découvert le monde amateur, qui me plaisait bien. Il y a un décalage terrible avec le monde professionnel. Si les instances n’ouvrent pas les yeux et ne trouvent pas rapidement une passerelle entre les deux mondes, le monde amateur file un mauvais coton et ça va être très compliqué pour certains.

FM : pourquoi ?

JE : financièrement déjà. On trouve de moins en moins de sponsors, les collectivités ont du mal à donner. On fait des restrictions sur pas mal de choses. J’ai misé sur le projet sportif avec les gamins pour trouver des sponsors, c’est ce qui nous arrive. On est subventionné par la mairie donc il n’y a pas de soucis là-dessus. On a pas mal de sponsors. Mais le monde amateur fait peur. C’est très compliqué.

FM : c’était le même discours il y a quelques années avec Emmanuel Petit…

JE : nous sommes d’anciens professionnels, on voit ce qui se passe dans les clubs. Après, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne : il y en a pour qui ça va bien financièrement, pour d’autres c’est moins ça, on essaie de faire comme on peut. J’ai créé un club,

 » Lire la suite de l'article sur le site d'origine – footmercato.net

error: Content is protected !!